Madagascar: la fin de la crise politique reste très incertaine

Au lendemain de la nomination des nouveaux membres du gouvernement, les députés de l’opposition et leurs partisans se sont rassemblés mardi 12 juin, place du 13-Mai, dans le centre de la capitale Antananarivo. L’opposition a obtenu une petite dizaine de ministères dans le nouveau gouvernement d’union, ce qui est loin de satisfaire les députés de la place du 13-Mai. Ils ont annoncé poursuivre les manifestations ce mercredi.

Devant plusieurs centaines de manifestants tenant des banderoles « Miala Rajao » ou « Dégage Rajaonarimampianina », le député indépendant Arnaud Tody prend la parole : « Nous avons réclamé le départ de Rajaonarimampianina. Est-ce qu’il a dégagé ? Non ! Nous avons demandé que le Premier ministre soit choisi parmi les 73 députés. Est-ce que c’est ce qui s’est passé ? Nous devions être majoritaires au sein du gouvernement, est-ce que c’est le cas ?  Nous, les députés nous avons été insultés. Nous avons été humiliés. On nous a piégés ! »

Pour les députés de la place du 13-Mai, la décision de la Haute cour constitutionnelle n’a pas été respectée. Ce sont les partis MAPAR (Ensemble avec le président Andry Rajoelina) et TIM (Tiako i Madagasikara – « J’aime Madagascar » en français, fondé par l’ancien président Marc Ravalomanana), des deux anciens chefs de l’Etat qui auraient dû obtenir le plus grand nombre de ministères et non le parti Force nouvelle pour Madagascar (HVM), parti présidentiel, explique la députée Marie-Thérèse Volahaingo : « Nous, les députés, avec les syndicats, avec la population réclamons le départ des nouveaux ministres HVM et les ministres redoublant. Nous demandons le départ du président de la République ».

« Nous contestons la composition du gouvernement, explique Hanitra Razafimanantsoa est députée du TIM . Et même, si le gouvernement est là, ce n’était pas la fin, ce n’était pas l’objectif de la lutte ». Les députés de l’opposition qui sont entrés au gouvernement étaient absents, retenus par le Conseil des ministres, expliquent-ils. Leurs collègues de la place du 13-Mai leur ont demandé de les rejoindre aujourd’hui.

 « Camper sur nos positions ne fera pas avancer les choses », a indiqué au téléphone Christine Razanamahasoa du MAPAR, nommée ministre de l’aménagement du territoire. Les députés de l’opposition et leurs partisans se sont donnés rendez-vous à 11h place du 13-Mai pour une nouvelle journée de manifestation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *