ELECTIONS LOCALES : BBY/ PASTEF : Qui sera maître de Ziguinchor ?

Qui sera maître de la région de Ziguinchor lors des prochaines élections locales ? L’Alliance pour la République (Apr) et ses alliés veulent inverser la tendance après avoir été battus par Pastef lors de l’élection présidentielle du 24 février 2019. Mais Ousmane Sonko et ses camarades n’entendent pas se laisser faire. Ils veulent consolider leurs acquis.

Entre Benno Bokk Yaakaar, qui affiche sa détermination à laver l’affront après sa défaite,et Pastef, qui veut consolider ses acquis, la bataille risque d’être rude dans la région de Ziguinchor, lors des prochaines élections locales. Pour preuve, les états-majors des deux camps ont déjà annoncé la couleur. Chaque entité dit avoir des atouts pour faire la différence. « L’électorat de Sonko ne va pas tarder à s’effriter. Beaucoup de personnes qui s’étaient mobilisées pour le soutenir, partant du fait qu’il soit natif de la région, ne vont pas voter lors des prochaines élections. Du coup, il va reculer. Nous pourrons gagner », a déclaré Doudou Ka, responsable de l’Alliance pour la République. Abdoulaye Badji, coordonnateur de Bby dans le département de Bignona pense aussi qu’il est possible, pour les soutiens du président Macky Sall, d’inverser la tendance.

En tout cas, les statistiques montrent une très  grande progression du leader de Pastef dans la région sud entre 2017 et 2019. Lors des élections législatives de 2017, la coalition, Benno Bokk Yaakaar avait obtenu 20.992 voix contre 17.249 voix pour l’Union des centristes du Sénégal (Ucs) d’Abdoulaye Baldé. Pastef d’Ousmane Sonko avait engrangé seulement 3000 voix.  Bby et Ucs, qui étaient en alliance lors du scrutin de février 2019, sont donc passés d’environ 38.241à 32.846 voix, soit une baisse de 5.395 voix. Pendant ce temps, Ousmane Sonko a progresséfortement de 3.000 voix à 41.291 voix dans le département de Ziguinchor.La même percée a été notée à Oussouye et à Bignona où Pastef est sorti vainqueur avec respectivement 9.209 voix et 51.438 voix. Bby  est arrivé deuxième, se contentant de 27.398 suffrages à Bignona et 8.707 à Oussouye.

« L’effet enfant du terroir, un élément majeur »

 Beaucoup de facteurs pourraient expliquer cette progression, aux yeux des responsables de la coalition Bby.  Il y a d’abord le fort taux de participation qui a joué en faveur du leader de Pastef. Depuis 2012, Ziguinchor, qui avait en moyenne un taux de participation de 50%, a atteint 80%. « Benno Bokk Yaakaar n’a pas perdu beaucoup de voix. Des gens qui n’ont jamais voté ont participé au scrutin. Et cette participation a été bénéfique à Ousmane Sonko. Il y a eu 30 points de plus dans la participation des électeurs », a souligné Doudou Ka, responsable de l’Alliance pour la République. Le fait que le leader de Pastef soit natif de la région a visiblement pesé. « L’effet enfant du terroirest un élément majeur qui explique la poussée du Pastef. Ceux qui n’avaient pas voté aux législatives ont décidé de le soutenir. Ousmane Sonko a aussi bénéficié de la participation des primo-votants, notamment les lycéens. Cet électorat tourne autour de 6.000  voix », a ajouté M. Ka.

Bby dispose-t-elle des armes pour relever le défi ? Doudou Ka répond par l’affirmative. Il s’agira, pour la mouvance présidentielle, de récupérer la jeunesse par une présence accrue sur le terrain, sensibiliser sur les acquis du chef de l’Etat en Casamance et les perspectives, mettre en place un leadership local fort et unifié, déclare-t-il.

Mais Pastef n’entend pas se laisser faire. Ousmane Sonko et les autres membres de son parti veulent consolider leurs acquis. « C’est une position que nous comptons défendre et garder. Nous allons procéder à un remake au mois de décembre 2019,aux élections locales. Il faut faire une lecture transversale de la victoire du Pastef », a lancé Aliou Sonko, coordonnateur département de Pastef à Ziguinchor. M. Sonko réfute les accusations selon lesquelles son leader aurait bénéficié d’un vote ethnique. « Ousmane Sonko n’est pas le premier candidat, à des joutes électorales, issu de cette région. Nous avons eu à enregistrer des candidatures d’Abdoulaye Baldé, de Robert Sagna, qui n’ont pas pu gagner le seul département de Ziguinchor », fait-il remarquer.

En attendant le scrutin de décembre, les deux parties s’organisent. Et le défi de l’unité sera immense pour Macky Sall et ses responsables locaux. Le leader de Bby parviendra-t-il à créer une unité d’actions entre l’Apr et l’Ucs ? Cette hypothèse semble indispensable pour une victoire de la majorité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *