Mme NOHA A. KHEDR, AMBASSADEUR D’EGYPTE : « Nous voulons fortifier la coopération économique avec le Sénégal »

Après le Président Hosni Moubarack en 2007, le Président Abdel Fattah Al Sissi effectue une visite officielle au Sénégal à partir d’aujourd’hui. Noha A. Khedr, ambassadeur d’Egypte au Sénégal, revient sur les contours de ce déplacement qui intervient au lendemain de la prestation de serment du Président Sall.

Excellence le Président Abdel Fattah al-Sissi effectue une visite officielle au Sénégal à partir de demain (aujourd’hui). Quels sont les contours de ce déplacement ?

C’est la première visite d’un président égyptien au Sénégal depuis l’année 2007. Le Président Moubarack était au Sénégal pendant l’investiture du président Abdoulaye Wade. Le Président Al Sissi vient au Sénégal, parce que nous avons voulu, en tant que président de l’Union africaine, être le premier à féliciter le Président Macky Sall après le démarrage de son deuxième mandat après son investiture et relancer les relations égypto-sénégalaises qui sont fortes, mais qui ont besoin d’être renforcées.

Quels sont les grands axes de cette coopération ?

L’Egypte et le Sénégal entretiennent une relation de frères. Elle est très forte. L’Egypte a toujours été à côté du Sénégal depuis l’indépendance. Il y a une forte coopération dans tous les domaines. Nous avons une coopération culturelle. Nos relations sont aussi fortes sur le plan de l’éducation avec l’université Al-Azhar. Les étudiants sénégalais sont la deuxième communauté africaine après les Soudanais à Al-Azhar. Nous avons présenté des répliques des monuments égyptiens au musée des civilisations africaines. Nous avons des échanges économiques qui montent jusqu’à 67 millions de dollars chaque année. C’est une coopération assez forte. Un des objectifs de cette visite est de fortifier les relations économiques.

Quel est l’agenda du Président Al Sissi ?

Le Président aura un entretien tête-à-tête avec le Président Macky Sall. Il y aura ensuite des entretiens bilatéraux entre les délégations. Il y aura aussi un entretien élargi aux deux délégations pour discuter des différents sujets d’intérêt commun entre les deux pays. Il y aura une signature d’accords et un point de presse.

Combien d’accords seront signés ?

Nous travaillons sur les accords. Nous avons un accord sur la coopération dans le domaine des médias entre les deux pays, l’aménagement de l’eau. Nous poursuivons les concertations pour avoir plus d’accords.

L’Egypte a une riche expérience dans le domaine de la culture. Peut-on s’attendre à un partenariat dans ce domaine ?

Nous sommes en train de travailler sur un projet d’aménagement des monuments sénégalais. Des experts égyptiens viennent pour aider et présenter leur expertise dans ce domaine. L’Egypte est aussi ouverte à des partenariats dans le tourisme. Tout dépend des demandes des autorités sénégalaises.

Après le Sénégal, quelle sera la prochaine étape du Président Abdel Fattah Al Sissi?

Après le Sénégal, le Président rentre au Caire. Nous avons insisté pour que le Sénégal soit la dernière étape. Nous voulions être sûrs que le gouvernement soit établi pour que le Président soit le premier chef d’Etat étranger à faire une visite au Sénégal après l’installation du Président Sall. Le Président a été en Côte d’Ivoire.

Cette visite montre-t-elle que l’Egypte porte un regard positif sur l’élection présidentielle qui a eu lieu au Sénégal ?

Le Sénégal est un modèle de démocratie en Afrique. Il a une histoire très positive en matière d’élection et d’alternance politique pacifique. Les élections se sont toujours déroulées dans une atmosphère saine et calme. C’est pour cela que nous étions sûrs qu’il n’y aura pas de problème. Le peuple sénégalais est toujours capable de choisir son chef de l’Etat dans la sérénité et la démocratie.

A travers cette tournée, l’Egypte veut-elle se positionner en géant sur le continent ? 

L’Egypte se positionne plutôt en sœur. Notre pays est une partie du continent africain. Elle n’est pas un pays de l’extérieur qui vient faire des relations de géant. Nous sommes une partie du continent et nous avons accompagné tous les mouvements de libération de tous les pays africains depuis le début. Nous avions, quelques années auparavant, des difficultés avec des situations internes qui sont maintenant réglées. L’Egypte est de retour.

La région du Sahel fait face à des défis sécuritaires. On sait que l’Egypte a une expérience dans le domaine de la lutte contre le terrorisme. Est-ce qu’il y a des possibilités de partenariat avec le Sénégal ?

C’est un des sujets à discuter entre les deux présidents. Ils vont discuter de la coopération dans le domaine de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme. Nous sommes à la disposition du Sénégal dans tous les domaines. La situation un peu particulière au Mali qui est juste à côté, mais les autorités sénégalaises ont pu maintenir la sécurité du pays. Nous espérons  nouer une coopération dans le domaine de la sécurité pour participer au maintien de cette situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *