Cameroun : Paul Biya délègue ses pouvoirs

La scène politique camerounaise continue d’être agitée par la délégation de signature accordée par le président Paul Biya au secrétaire général à la présidence, Ngoh Ngoh Ferdinand, qui n’est autre qu’un proche de la première dame camerounaise, Chantal Biya.

Le Président camerounais, Paul Biya avait signé le «Décret No2019/043 du 5 février 2019 accordant délégation permanente de signature à Ngoh Ngoh Ferdinand, Secrétaire Général de la Présidence de la République».

Ce document qui n’avait jamais été rendu public par la présidence, est en circulation sur les réseaux sociaux depuis le 6 mai 2019 et suscite des réactions diverses. 

Le député Jean Michel Nintcheu du premier parti d’opposition camerounaise, le Social Democratic Front (SDF), estime que « la délégation permanente de signature cache mal l’incapacité de M. Biya à exercer la fonction présidentielle ». 

Selon ce cadre du SDF, ce décret pose plus de problèmes qu’il n’en résout « en ce sens qu’il fait mention de la délégation permanente de signatures » du chef de l’Etat. 

« Il y a des signes qui ne trompent pas. Cette délégation permanente est la preuve que M. Biya est au bout du rouleau et il est difficile de donner du tort à ceux qui estiment que des manœuvres malsaines et basses se trament dans les arcanes du pouvoir », conclut Nintcheu. 

Plusieurs médias locaux ont également réagi. 

Dans son éditorial de mardi 7 mai publié sur les réseaux sociaux, le journaliste camerounais, Sismondi Barlev Bidjocka souligne que « les Camerounais n’ont pas “ élu” Paul Biya pour qu’il délègue le pouvoir à un tiers ». 

Les journaux camerounais de ce mercredi se moquent de cette délégation du pouvoir par Biya. 

A sa Une, le quotidien privé « Emergence » titre que « Paul Biya offre le Cameroun à Ngoh Ngoh » précisant que les enseignants du droit public crient à la fraude.

Cette délégation permanente accordée au secrétaire général à la présidence est vue par le quotidien « Mutations » comme « La Signature de la tentation ». 

Au terme du remaniement du 4 janvier 2019, Ferdinand Ngoh Ngoh, proche de la première dame camerounaise, Chantal Biya, a été élevé au rang de ministre d’État. 

Certains voient en cette nomination, une ambition de conserver le pourvoir par la belle famille de Paul Biya, 86 ans, Président depuis le 06 novembre 1982. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *