Wade-Macky : la paix des braves

L’image est saisissante ! Le moment inoubliable ! Wade et Macky Sall main dans la main à la sortie de la mosquée « Massalikoul Jinaan » dont les portes ont été ouvertes ce vendredi 27 septembre. Personne ne voyait venir cet instant magique. Tout le monde est pris au dépourvu. Les commentaires vont bon train. La prouesse du Khalife Général des mourides est saluée par tous les sénégalais épris de paix. un vœu de longue date vient de se concrétiser. Ou presque.

Mais à y voir de très près, ce qui ressemble fort à une paix des braves qui a eu pour cadre la très belle et gigantesque mosquée réalisée par la communauté mouride au cœur de la capitale sénégalaise, a pris son envol depuis quelques mois. Rentré avant la présidentielle de février 2019 dont Macky Sall est sorti victorieux, dès le premier tour, Wade avait menacé de mettre le pays sens dessus-dessous. Son fils, Karim Wade est écarté de la course en raison de ses démêlés avec Dame justice.

À l’occasion de ses nombreuses sorties, Wade invitait les militants libéraux à prendre d’assaut les bureaux de vote et de veiller à ce qu’il n’y ait pas de scrutin. Des sorties qui ont inquiété jusqu’au delà des frontières du Sénégal. C’est ainsi qu’il a été invité par le président Alpha Condé à Conakry. De ce voyage, le 3e président du Sénégal indépendant rentrera, moins belliqueux. Et muet. Il ne confirmera ni n’infirmera l’existence d’un accord avec Macky Sall pour abandonner son projet de saboter les élections.

Et Condé confirma le protocole de Conakry

Dans un entretien accordé à trois organes de presse sénégalais, dont votre site préféré Dakaractu, le président Condé vend la mèche. Condé confirme qu’il a joué les bons offices pour éteindre le début de feu qui prenait sous nos auspices. 
Sur les raisons de son implication pour que Wade revienne à de meilleurs sentiments, Condé disait dans cette entrevue : « Vous savez, je suis très lié au Sénégal. Lorsqu’on m’arrêtait, il y avait des comités de soutien créés par les hommes politiques partout, mais la particularité au Sénégal, c’est que c’est la population qui s’est mobilisée. Ousmane Ngom qui était mon avocat m’a dit que c’est dans la rue qu’il a appris que j’étais libre. Je n’oublie pas que le comité international créé par Albert Bourgi, accompagné par Babacar Touré, ont fait l’essentiel des réunions à Dakar. 

Donc, je ne peux pas rester indifférent lorsqu’il s’agit d’un pays comme ça, étant donné que Macky Sall est un jeune frère ».
Il poursuivait : « Dans une médiation, l’essentiel est d’arriver à une conciliation des deux parties, ce que nous avons fait. C’est vrai que l’incompréhension était à un tel niveau, mais avec la volonté des deux positions, nous avons pu arriver au résultat que vous connaissez ».

Cependant, l’homme fort de Conakry n’avait pas souhaité exposer les contours du « deal ». « Je pense qu’il revient, plus tard, au président Macky et au président Wade de l’annoncer au peuple sénégalais », s’était-il contenté de dire. En réalité, selon les termes de l’accord passé au téléphone, Wade devait surseoir à toute tentative de trouble à la bonne tenue des élections. En sus de cela, son vote ne doit profiter à aucun des quatre candidats qui faisaient face à Macky Sall.
En retour, Macky Sall devait accélérer la cadence dans le sens d’amnistier Karim Wade. L’appel au dialogue national figurait aussi dans les plans établis par les deux mastodontes qui avaient aussi convenu d’un acte fort qui mettrait fin à toutes supputations quant à leurs volontés réelles d’enterrer la hache de guerre. Ainsi, Wade devait être l’invité d’honneur de la fête du 04 avril. Le prédécesseur de Macky Sall devait recevoir son carton d’invitation. Finalement, le rendez-vous des retrouvailles officielles ont été repoussées. Une partie de la presse a relayé une rencontre entre Wade et Macky lors de la dernière fête de l’eid el Kébir. Mais leurs entourages respectifs ont démenti 

l’information.

Massilkoul Djinan, le chemin de toutes les retrouvailles

Il aura fallu un événement religieux de taille pour qu’ils concrétisent des mois de discussion souterraine. Suite à la prière de vendredi du 27 septembre 2019, consacrant l’ouverture officielle de la mosquée Massalikoul Djinan, Me Abdoulaye Wade et Macky Sall ont mis de l’eau dans… leur café Touba.

Après la prière, le Khalife général des mourides aux côtés de qui, ils ont prié, leur a demandé de faire preuve de dépassement. Un message qu’ils ont vraisemblablement entendu puisqu’à la sortie du lieu de culte, Wade a pris la main de Macky et ensemble ils ont « effacé » leurs brouilles. Une escale à Keur Serigne Touba où Serigne Mountakha Mbacké a installé ses quartiers confirmera ce retour à la paix entre les père putatif et son ancien lieutenant. 

Une poignée de mains explicite dissipe tous les doutes sur leurs retrouvailles avant que le président ne dépose son prédécesseur chez lui. Un nouveau départ est possible. Mais avec les hommes politiques, il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué…

Dakaractu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *