JEANNETTE MANCEL DIOUF, CCR France : « Macky Sall n’a de cesse d’accorder une place centrale à la jeunesse »

Jeannette Mancel, Diouf, membre de la Convergence des cadres républicains en France estime que Le chef de l’Etat de l’Etat a décrypté le message des jeunes, suite aux heurts qui ont suivi l’arrestation de l’opposant, Ousmane Sonko. La responsable de l’Apr souligne que Macky Sall n’a de cesse d’accorder une place centrale à la jeunesse.

Vous êtes la présidente du mouvement Synergie Chrétienne et Citoyenne, quel commentaire faites du discours du président à la suite des manifestations ?

Je voudrais tout d’abord exprimer mes regrets à la suite des événements que notre pays a connu récemment. Ces manifestions au regard de leur violence ont profondément marqué les esprits au-delà même de nos frontières puisque le Sénégal est jusqu’ici considéré comme une belle exception en matière de démocratie, de paix et de stabilité en Afrique.  Le bilan en est lourd et les conséquences le sont également. J’en profite pour m’incliner devant la mémoire de ces jeunes décédés et présente mes condoléances à leurs familles et proches.

La parole du Chef de l’Etat, garant de la paix et de l’intégrité du territoire était fortement attendue. Il ne pouvait en être autrement. Je salue par conséquent un discours républicain, à la fois mêlé d’empathie et d’apaisement à la hauteur des  colères exprimées. Son appel a été entendu. Le calme et la sérénité sont de retour. Il convient de souligner que ces événements ont renvoyé un signal fort que le Président de la République a su décrypter en prenant des décisions majeures pour faire face, comme l’exige la charge de sa mission, aux difficultés que rencontrent les populations. Celles-ci étant déjà profondément éprouvées dans un contexte où les effets de la pandémie n’ont fait qu’accentuer leurs  précarités et leurs inquiétudes.

Pensez-vous qu’il a apporté une réponse à la colère des jeunes ?

Vous savez le Président de la République n’a de cesse d’accorder une place centrale à la jeunesse dans son action politique. Comme nous le savons, il existe des instruments financiers déjà en place pour répondre aux attentes et aux préoccupations des populations notamment en termes de formation, d’emploi, de financement de l’entreprenariat des jeunes et des femmes.

Les revendications exprimées aux travers de ces manifestations ont sans doute révélé l’impérieuse nécessité de repenser nos politiques publiques à la lumière du contexte de la pandémie covi19.

Le Chef de l’Etat s’est montré plus que rassurant (dans son discours) puisqu’il décline des perspectives immédiates axées sur la nécessité de renforcer et d’améliorer les politiques publiques à l’endroit des jeunes. C’est dans ce sillage qu’il vient consolider le budget destiné au PSE/Jeunesse, en redéployant près de 350 milliards de FCFA pour la période 2021-2023.

A travers cet engagement pris, il n’a fait que réaffirmer son attachement pour la jeunesse et c’est à mon sens une occasion de renouer et de préserver la confiance que le peuple sénégalais et sa jeunesse lui a investi.

Que pensez-vous de la déclaration de Ousmane Sonko?

Ecoutez, le seul discours qui vaille aujourd’hui est celui du Président de la République Monsieur Macky Sall, investi lui-même d’une mission régalienne. Il s’est adressé non pas à une frange de la population mais à toute la nation sénégalaise d’ici et de la diaspora sans exception transcendant  tout clivage politique.

M. Ousmane Sonko incarne l’opposition sénégalaise et il est tout à fait dans son rôle en tant qu’opposant de s’adresser en pareilles circonstances à ses militants et soutiens politiques.

Etant donné que nous sommes déjà dans une dynamique de paix, permettez-moi de ne pas me prononcer sur la teneur du discours de M. Sonko.  Mais retenons tout simplement que l écho de la déclaration du Président République  a eu la résonance escomptée dans l’apaisement du climat social.

Comment appréciez l’implication des guides religieux pour une résolution de la crise?

Il convient d’abord de rappeler que le Président de la République Macky Sall est un homme d’écoute  de dialogue et de consensus et sans ces (ses) qualités la résolution de cette crise  aura été vaine.

Aussi, je ne peux que me réjouir de l’implication de nos autorités religieuses, toutes confessions confondues, dont le rôle, sans l’ignorer, a été primordial à l’apaisement du climat socio-politique et un retour à la paix. Nous saluons en outre, toutes les forces vives de notre nation qui ont œuvré également pour le maintien de l’ordre et de la sécurité. Cette initiative est le signe, qu’en plus des moyens que nous confère notre État de droit, notre pays peut s’appuyer sur d’autres leviers, hérités de notre culture et de nos traditions, lorsque les ressorts de notre démocratie et de la stabilité de notre pays semblent menacés. Dans un pays hautement croyant, nos guides religieux demeurent un rempart inexorable au dialogue, en faveur de la paix et de la cohésion sociale.

Il nous appartient de préserver nos acquis ainsi que l’image de notre pays connu pour sa stabilité et cité en exemple comme une des vitrines de la démocratie en Afrique, malgré cette fissure dans le parcours de notre histoire politique.

En tant que sénégalaise de la Diaspora comment avez-vous vécu les manifestations ?

C’est avec le cœur meurtri que nous avons suivi à distance les événements qui se sont déroulés au Sénégal. Nous les déplorons. Et j’en profite pour m’incliner devant la mémoire de ces jeunes décédés et présente mes condoléances à leurs familles et proches.  Mes pensées vont également aux blessés ainsi qu’à toutes les victimes dont les biens matériels et outils de travail ont été lourdement endommagés voire détruits.

Cette situation partie d’un fait divers classique a pris une tournure politique on ne peut plus regrettable,  na pas manqué de susciter  inquiétudes et interrogations aux yeux du monde, pour un pays de tradition stable et paisible. J’exprime mon soutien et ma solidarité au Président de la République SEM Macky Sall en  invitant les sénégalais et sénégalaises à participer autour de lui  à l’effort de développement de notre pays et à la préservation de nos acquis sociaux et démocratiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *