MISE À DISPOSITION DE L’ENGRAIS AUPRÈS DES PRODUCTEURS : Moussa Baldé fait le point

Le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Moussa Baldé, a assuré mercredi à Dakar que ses services ont déjà fini de convoyer 60% des quantités d’engrais destinées aux cultures arachidières et 35% des tonnes prévues pour le maïs et le sorgho, soulignant son ambition de terminer cette opération avant fin août.  Les services du ministère de l’Agriculture ont fini de convoyer « vers les zones de production, plus de 58%, voire 60 % d’engrais d’arachide et 35 % d’engrais maïs et sorgho », a indiqué M. Baldé, invité sur les ondes de la Radio futurs médias (RFM, privée). « C’est vrai que par rapport à l’année dernière, nous avions des scores plus élevés, mais nous discutons avec les ICS (Industries chimiques du Sénégal) et les opérateurs pour que l’engrais arrive chez les producteurs », a-t-il ajouté. Le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a expliqué que cette distribution d’engrais a commencé par les zones sud, puis centre (Saloum) avant de se poursuivre dans le nord, compte tenu des réalités de la pluviométrie. « L’année dernière, j’ai achevé la distribution de l’engrais maïs, arachide le 31 août. J’ai poursuivi la distribution de l’urée jusqu’au 20 septembre. Mon programme cette année », c’est de « terminer d’ici le 31 août à la distribution de l’engrais maïs, arachide, etc. », a-t-il ajouté. Le professeur Moussa Baldé a en outre signifié que le contexte de pandémie de Covid-19 et l’augmentation du fret ont rendu « très cher » l’engrais provenant de l’extérieur. Dans ce contexte, il a dit avoir engagé, au niveau local, des discussions avec les Industries chimiques du Sénégal (ICS) qui produisent de l’engrais, de concert avec les producteurs. « Nous avons mené des discussions avec les ICS en association avec des opérateurs pour harmoniser le prix de l’engrais pour cette campagne », a-t-il expliqué. « Malgré tout, il y a eu des lenteurs », a reconnu le ministre, même si dit-il les ICS « ont produit presque 30.000 tonnes » convoyées vers les producteurs ». « Nous travaillons pour produire 10.000 autres tonnes. Nous travaillons à ce que les ICS accélèrent leur production d’engrais », a ajouté le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural.  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *