RDC : des militaires s’entretuent dans l’est, trois morts

Un soldat “incontrôlé” qui a tué par balles ses deux supérieurs mardi soir à Mutwanga, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), a été abattu, mercredi, par ses compagnons en patrouille.

Il a été tué par balle alors qu’il tentait de fuir. « Il venait de sortir de sa cachette, alors qu’il cherchait à se déplacer, c’est comme ça que les militaires qui venaient d’encercler le quartier l’ont appréhendé », a déclaré à l’Agence Anadolu, Bernard Muke, vice-président de la société civile de Ruwenzori dont relève la localité de Mutwanga.

Il a “été maîtrisé”, a confirmé le porte-parole de l’armée dans la région, le lieutenant Anthony Mualushayi, joint au téléphone.

Ce militaire était en “état d’ivresse” lorsqu’il a donné la mort, mardi soir, à ses deux supérieurs, un capitaine et un lieutenant, et blessé une femme.

Les bavures entre éléments des forces de sécurité congolaises se sont multipliées ces dernières semaines dans un contexte de riposte contre pandémie de Covid-19 et de l’état de siège décrété dans les provinces du Nord – Kivu et de l’Ituri dans l’est de la RDC.

Le weekend dernier, dans la ville de Bukavu, un policier a ouvert le feu sur son collègue pour mauvais partage de l’argent perçu lors des opérations de contrôle de port du masque.

Dans le territoire de Masisi, une élève de 16 ans est morte, fin juillet, tuée par un militaire pour n’avoir pas payé 0,25 dollar à la barrière du village de Loashi. La barrière avait été érigée illégalement à 20 mètres de son école.

Dans la capitale Kinshasa, en plus de la mort d’un étudiant criblé des balles par un policier lors d’un contrôle, un autre policier a été condamné à perpétuité, lundi, pour avoir tiré sur son supérieur par « inadvertance » sur son supérieur, derrière lequel s’était réfugié un homme accusé de n’avoir pas porté son masque.

Dans la ville de Goma, chef-lieu du Nord – Kivu, la justice a infligé, lundi, une condamnation à perpétuité à deux officiers pour une bagarre, début août et dont la vidéo était devenue virale sur les réseaux sociaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *